• Avis aux fossoyeurs de salons généalogiques !


    Combien de fois ai-je entendu que c’était la fin des salons généalogiques ?

     

    Le développement d’internet aurait, dit-on, mis à mal ces rencontres généalogiques.

    Il est vrai qu’il y a quelques années, les salons généalogiques étaient l’occasion (quasi unique) de consulter des bases de données (quand il y en avait !) ou de compulser les tables papier des associations généalogiques. Or avec l’avènement de l’informatique beaucoup de données sont devenues accessibles en ligne, sans avoir à se déplacer.
    Pour autant, les salons généalogiques ne périclitent pas. Le nombre événements aurait même tendance à se stabiliser, voire à croître légèrement (selon nos décomptes personnels).

    Certains salons, bien qu’annuels et toujours aux mêmes endroits, perdurent chaque année : l’Exposition de Douchy (45) fêtera bientôt sa 30ème édition. L’année 2016 verra également les 19ème Journées Généalogiques du Gard à Nîmes (30) et le 15ème Salon de Mauguio (34).

    D’autres événements, « tournant » chaque année dans un département ou dans le cadre d’une Union Régionale, se perpétuent : les 23ème Journées Régionales du Centre Généalogique du Midi Provence auront lieu cette année, de même que les Rencontres Généalogiques des Provinces de Savoie (20ème édition). En 2016, nous pourront aussi participer aux 17ème Rencontre Généalogique Manchoise (50).

    Bien que plus récents, certains salons généalogiques tiennent leurs promesses et rencontrent un vif succès : la Biennale de Vertou (44) et le Forum Genco de Brive-la-Gaillarde (19) par exemple.

    Certaines associations se lancent même brillamment dans l’exercice! Citons par exemple dans le fertile département de l’Aveyron, le nouveau Salon Généalogique annuel qui se tient en alternance à Millau ou Rodez, et celui de Decazeville qui organisera sa deuxième édition fin 2016.

    On peut aussi citer aussi le prometteur Forum de Généalogie de Libourne qui réédite sa formule cette année.

    Paris est également au centre de « grandes manœuvres » depuis quelques années. La fin prématurée en 2006 de la Biennale de Généalogie « Généalogia » a marqué les esprits, mais depuis, la nature ayant horreur du vide, de grands événements ont vu le jour : Géné@2010 a vu le jour quatre ans après et se renouvelle depuis tous les 2 ans.
    Les Généalogiques (Paris 12ème) ont eu un grand succès tant en 2011 qu’en 2013, et ils nous tardent de connaitre les dates de la 3ème édition.

    Et si certains pensaient encore que les salons généalogiques étaient d’un autre âge, le succès inégalé du Grand Salon de Généalogie de la mairie du XVème en 2015         (co-organisé par Archives & Culture, et renouvelé en mars prochain), devrait finir par les convaincre.

    La diversité des salons généalogiques en France ne faiblit donc pas. D’ailleurs l’équipe de GénéAgenda en a déjà recensé (pour l’instant) plus de soixante pour cette seule année 2016 (et je ne parle que des salons avec présence de plusieurs associations généalogiques, les expositions ou les portes ouvertes étant exclues de ce comptage).
    L’offre reste donc abondante, et pourrait même se renouveler : on parle déjà d’un Rootstech à la française avec la création de l’association Généatech !

    Alors définitivement non, les salons de Généalogie ne sont pas morts !

    A GénéAgenda nous en sommes persuadés, puisque nous en avons fait notre unique activité.
    Mais il convient certainement d’en adapter le contenu pour maintenir une offre attirante aux yeux du grand public et des connaisseurs. Ce sujet sera traité prochainement dans un autre post de GénéAgenda…

    D’ici là, continuez à référencer gratuitement toutes vos manifestations généalogiques sur geneagenda.org pour être vu du plus grand nombre.

    Alain ROUAULT


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique