• C’est beau une bretonne

    Où l'on apprend que la beauté est dans l'œil de celui qui regarde !

     

    C’est beau une bretonne
     Paul Gauguin, La Belle Angèle, Huile sur toile, 1889,
    92 x 73 cm, Musée d'Orsay

     

    « J’aime la Bretagne ». 1889, Gauguin est de retour à Pont-Aven. Dans sa recherche effrénée de primitivisme, il veut peindre un folklore breton encore vivace. Il réside à côté d’un bistrot dont la tenancière, Marie-Angélique Satre, est réputée être l'une des plus belles femmes du pays. Gauguin n'y résiste pas et décide de réaliser le portrait de cette jeune fille de 21 ans.

    Dans l'angle inférieur gauche, il inscrit « LA BELLE ANGELE », persuadé d’avoir réalisé le meilleur portrait de sa carrière. Pourtant, les traits sont applatis et les proportions loin d’être idéales. Théo Van Gogh constate même que « [cette] femme ressemble peu à peu à une jeune vache »...

     

     

    C’est beau une bretonne
     Détail du tableau

     

    L'œuvre présente le portrait dans un cercle qui l'isole, procédé alors courant dans les illustrations japonisantes. Ce "recadrage" lui donne aussi valeur d'emblème : une pension du même quartier utilisait, pour son papier de correspondance, l'image d'une bretonne ainsi encerclée.

    Afin d'accentuer la valeur symbolique de l'œuvre, Gauguin ajoute à côté du modèle une statuette d'inspiration péruvienne, dont la coiffe fait écho à celle de La Belle Angèle...
    Le peintre crée ainsi une véritable icône de la femme bretonne.

     


    C’est beau une bretonne

    Paul Gauguin, Autoportrait, 1896, huile sur toile, Museu de Arte Brasileira, São Paulo, Brésil

     

    Mais cela ne satisfait pas le modèle qui s’écrie « Quelle horreur ! » à la vue du tableau, ajoutant son refus à l'incompréhension artistique qui isole alors Gauguin.
    Elle refuse la toile tout comme le fera dans un premier temps le Louvre...

    Degas en revanche soutiendra Gauguin en achetant l’œuvre en 1891 et en la conservant jusqu’à sa mort.

     

     

    C’est beau une bretonne

    Paul Gauguin, La danse des quatre bretonnes, 1886, Huile sur toile, 71.8 × 91.4 cm,

    Neue Pinakothek, Munich 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :