• Paul Cornu aux commandes de son hélicoptère

     

    Paul Cornu, né le 15 juin 1881 à Glos-la-Ferrière et décédé à Lisieux en juin 1944, est un inventeur et aviateur français.

     

    Biographie

    Né à Glos-la-Ferrière, dans l’Orne, près de L'Aigle, Paul Cornu était l’aîné d'une famille de 15 enfants. Il a neuf ans en 1880 quand sa famille s’installe à Lisieux. Son père, Jules, était très habile. Il savait dessiner et avait fait lui-même quelques inventions ; en 1884, il a notamment établi un projet de dirigeable qui présente plusieurs analogies avec certains dispositifs du Zeppelin. C’est lui qui lancera son fils.

    Certificat d'études en poche, Paul réalise sa première invention à 14 ans : un régulateur de température pour couveuse. Pour faire bouillir la marmite, les Cornu père et fils réparent vélos et machines à coudre dans leur atelier, près de la gare. Ils sont bien connus et estimés des nombreux chauffeurs parisiens qui roulent vers la côte normande.

    Parallèlement, ils mettent au point un vélo à moteur, un tricycle à vapeur, une pendule thermique, une moto... Grâce à la publication de leurs travaux dans des revues, ils se font connaître. En 1904, ils réalisent une « voiturette ultralégère » à deux moteurs (un pour chaque roue arrière) ; elle atteint 70 km/h. Ils reçoivent des commandes d’industriels d'Ukraine, de Roumanie ou d'Angleterre... mais aussi de médecins de campagne. Elle ne sera pourtant jamais commercialisée ; les Cornu n'ont pas le sens des affaires.

    En 1905, Paul Cornu commence à s’intéresser à l’aviation et au décollage vertical. Des quantités de maquettes avaient déjà volé, mais pas de modèle grandeur nature. Un an plus tard, l’inventeur tente un essai devant les notables de la ville, ce qui lui permet d’obtenir 12000 franc français de souscriptions pour construire le modèle définitif. L’engin ressemble à un gros insecte équipé de deux hélices montées sur de grandes roues de bicyclette.

    Comme un millier de Lexoniens, il meurt à Lisieux en 1944, écrasé sous les bombardements alliés, il avait 62 ans. Sous les décombres ont disparu les quelques éléments de l'hélicoptère qu’il avait conservés, les plans, et une grande maquette. Heureusement, une caisse de documents a été sauvée, elle contenait le journal manuscrit des expériences, une importante correspondance, des coupures de journaux, des articles de revues françaises et étrangères, et beaucoup de photos et de cartes postales. Tous ces documents ont été déposés par la famille de Paul Cornu au Musée d'art et d'histoire de Lisieux.

    La ville de Lisieux n’a jamais oublié Paul Cornu ; depuis 1969, le plus grand Lycée de la ville porte son nom.

    Article tiré de Wikipédia


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique