• Écrivez l'histoire de votre ville ou village

    Si vos ancêtres ont vécu plusieurs générations au même endroit, pourquoi ne pas écrire l'histoire de ce village ? De la généalogie à l'histoire, il n'y a qu'un pas.

     

    Un même lieu, une même famille

    Ecrire l'histoire de votre village, il faut d'abord procéder avec méthode et savoir précisément dans quoi on se lance.

     

    Le projet

    Définissez votre projet

    Avant de commencer l'histoire de votre village, mettez un peu d'ordre dans vos idées. Et surtout définissez votre projet.

    Fixez vous un objectif simple avec une ambition claire. Par exemple, choisissez une période et exploitez là à fond ou bien « surfez » sur le temps et prenez ça et là des anecdotes et des personnages.

    Attention toutefois à la caricature. Quand un village a mille ans d'histoire, on ne peut le résumer à trois personnages et deux faits historiques…

    N'étalez pas vos sources, vos chiffres, ne sortez pas non plus des chemins de la rigueur. Tenez vous en aux faits.

     

    Cernez les difficultés

    Vous allez être confronté à une première difficulté : cerner votre travail en évitant la dispersion. Car tout village, même le plus modeste possède un riche passé.

    Tantôt, vous allez collecter une masse d'information considérable. Attention à la noyade, notamment dans les archives du XXe et du XIXe siècle.

    Tantôt, vous serez confronté à une sécheresse déroutante ou à des difficultés de compréhension et de traduction rebutantes.

    Pour avancer sur les périodes de la Renaissance et du Moyen Age, ne travaillez pas seul. Faites vous aider par un historien ou un paléographe.

     

    Les archives du village

    C'est certain, vous allez trouver des trésors dans les archives communales. Procédez d'abord à l'inventaire des documents existants, souvent dispersés.

    Il y a bien sûr l'état civil. Ce sera la pièce maîtresse de votre travail. Un rappel : seul l'état civil de plus de 100 ans est accessible librement.

    La plupart des communes conservent leurs vieux registres. Mais parfois ceux-ci ont été versés aux archives départementales.

    Avant la révolution, les procès verbaux des délibérations de l'assemblée des habitants sont une mine.

    Après la révolution, le relais est pris par les réunions du conseil municipal. On y parle des routes, de l'école, de la poste, de l'aide sociale, du recensement.

    Aux archives départementales, vous recueillerez encore plus de documentation dans les différentes séries.

    Avant toute recherche, consultez les répertoires, inventaires, catalogues. Ne refaites pas un travail déjà publié.

     

    Mémoire, histoire et géographie

    La mémoire orale

    Alternez cette recherche dans les archives avec la recherche de la mémoire orale. Allez interroger les anciens et les vieilles familles du village.

    Vous serez surpris, beaucoup de choses se transmettent sans passer par l'écrit. Si vous êtes équipé d'un appareil photo numérique ou d'une caméra, recueillez cette matière première en direct.

    Vous pourrez toujours l'exploiter ensuite à l'écrit. Et vos images feront merveille sur un site internet…

    Profitez-en pour recueillir des photos anciennes et des cartes postales.

     

    Un peu de géographie

    Le contexte est important. Le vécu de votre village ne sera pas le même s'il se trouve en montagne ou en plaine, au bord de la mer ou en pays frontalier.

    Recherchez toutes les informations sur le milieu naturel, le réseau hydrographique, le climat. Sans tomber dans le piège du micro-climat : il y a autant de micro-climats que de villages en France !

    Appuyez vous sur les cartes IGN au 1:25000e. Procurez vous la carte de Cassini correspondante et comparez là au cadastre. Vous aurez là une vue détaillée du village au début du XIXe.

    Enfin, visitez les bibliothèques et les centres d'archives. Les rayons des usuels regorgent d'ouvrages régionaux ( dictionnaires historiques et géographiques, etc ) et de recueils de témoignages du XVIIIe et XIXe.

     

    Au fond des temps

    Ne remontez pas à la préhistoire, vous allez ennuyer vos lecteurs avec des banalités éloignées du village, sauf bien sûr si vous retracez l'histoire de Lascaux, Solutré ou Carnac.

    Renseignez-vous quand même sur les recherches archéologiques. Des fouilles ont peut-être eu lieu il y a quelques années. Vous pouvez interroger la Direction régionale des Affaires culturelles pour en connaître le résultat.

    N'oubliez pas de retracer le cadre féodal du village : de quelle seigneurie relevait-il, dans quelle juridiction ?

    Intéressez-vous à la toponymie, l'histoire des noms de lieux. N'oubliez pas de consulter les ouvrages de toponymie régionale.

    Faites l'inventaire exhaustif des noms de lieux figurant dans le cadastre. Comparez les avec ceux rencontrés dans les actes notariés du XVIIIe et XVIIe.

     

    Démographie, société et Révolution

    Les gens

    L'étude de la population villageoise passe par les recensements. Les recensements récents sont assez complets, ceux d'avant la révolution sont assez sommaires et ne méritent pas le nom de statistique.

    Après avoir déterminé la composition du village, enrichissez votre travail en étudiant les rôles de conscription militaire.

    Aux archives départementales, vous pourrez compléter votre étude avec les rapports de santé publique ( séries M et X ). Ils contiennent souvent des analyses des conditions de vie des populations.

     

    La société

    L'étude de la société villageoise est souvent source d'erreurs d'interprétation. Il n'y a rien de commun entre nos catégories sociales et les ordres de l'ancien régime.

    Et pour savoir lequel était le plus influent entre le commerçant et l'artisan d'un bourg, les recensements ne sont pas d'un grand secours.

    Consultez les documents fiscaux. Mais attention aux rôles d'imposition, souvent incomplets.
    Regardez les titres honorifiques employés dans les actes ( écuyer, noble homme, sieur, maître, etc. ). Ils aident à classer les nobles, bourgeois, commerçants, artisans, paysans…

    Attention à l'interprétation : noble homme, par exemple signifie que la personne est noble uniquement en Normandie. Ailleurs, il s'agit simplement d'un signe de distinction.

    Consultez les archives notariales, les contrats de mariage et les testaments en disent long sur l'état de fortune des familles.

    Etudiez aussi les transactions ( enregistrement, série C des archives départementales ). Vous saurez ainsi qui possède la terre, qui vend, qui achète et pourquoi. Jusqu'au début XXe, la terre est le principal signe de richesse.

     

    La Révolution au village

    Indispensable chapitre de toute étude communale, la période révolutionnaire s'étudie avec deux sources principales : les cahiers de doléances ( série C des archives départementales ou communales ) et les délibérations de la commune.

    Dans certains villages, les événements ont été vécus successivement sur le mode tragique ( exécutions ) et sur le mode comique ( changement de régime ).

    Parfois, les personnages se trouvent zélés serviteurs de la couronne, puis de la Constituante. Et l'on revoit les mêmes au service de l'Empire, puis de Louis XVIII. Tout cela est à prendre avec recul.

     

     

    Economie et communauté villageoise

    L'économie

    L'agriculture est le moteur essentiel de l'économie jusqu'au milieu du XIXe. Vos sources d'information seront le cadastre pour connaître l'utilisation du sol ( landes, terres labourées, prés, vignes ).

    Sous l'Ancien régime, c'est moins précis et cela dépend des régions. Dans le sud de la France, les compoix, ailleurs, les aveux seigneuriaux ( série E aux archives départementales ) vous permettront de dresser une carte sommaire du village.

    L'étude des baux et des contrats d'artisans et de commerçant chez les notaires donnera des indications sur la vigueur des échanges économiques du village.

    La révolution industrielle a laissé peu de témoignages dans les villages, si ce n'est l'exode des habitants de certaines régions.

    Etudiez les foires villageoises. Elles sont souvent très anciennes et témoignent elles aussi de l'activité économique.

     

    Une petite communauté

    Sous l'Ancien régime, l'organisation de la vie de la petite collectivité villageoise repose sur la paroisse et sur la seigneurie. On trouve peu de choses avant le XVIe siècle.
    Les titres féodaux sont à chercher dans la série E des Archives départementales. Dans les archives notariales, les aveux énumèrent l'étendue des droits du seigneur ( honorifiques, justices, rentes, cens ).

    Les procès fréquents sont à chercher dans la série E ou B des archives départementales. Les documents s'étoffent aux XVIIe et XVIIIe siècles.

    On trouve aux archives communales les comptes-rendus des assemblées paroissiales. Le village gère ses édifices, son école, ses chemins et routes et défend ses intérêts contre l'administration royale ou les paroisses voisines…

    Après la Révolution, on trouve une très abondante source documentaire. Apparaît aussi la vie politique avec les résultats d'élections municipales, cantonales, législatives, présidentielles, les référendums…

    La série M des archives départementales conserve même les professions de foi et les affiches des candidats.

     

     

    Les sociétés savantes

    Ne négligez pas le travail et les publications des sociétés savantes. Ces associations parfois créées au XIXe siècle ont souvent des bibliothèques d'ouvrages régionaux très complètes.
    Vous y trouverez des exemplaires rares de livres de microtoponymie ( histoire des noms de lieux par canton ), des monographies villageoises, des études sur les familles qui ont compté, des comptes-rendus de fouilles archéologiques oubliées, des récits d'aventures vécues par des habitants, des contes et légendes du cru, etc.

    Elles abritent aussi des érudits aux connaissances locales très précieuses, seuls à se rappeler où chercher telle ou telle information.

    Attention toutefois à la rigueur de certaines publications locales. Leurs auteurs ont parfois pu embellir la réalité, déformer des faits ou tenir pour sûres des informations non vérifiées.

     

    Conclusion : un village unique

    Cette brève méthodologie trace un chemin. N'oubliez pas que chaque commune a son histoire, ses personnages, ses légendes.

    Au bord de la mer, on trouvera beaucoup de marins. Dans les forêts, des bûcherons et dans les villes, des commerçants et des bourgeois.

    Votre village est unique, alors pensez à la forme de votre publication et à la diffusion envisagée. Il serait dommage qu'un riche contenu soit masqué par une présentation trop chiche ou austère.

    Et appuyez vous sur les nouvelles technologies pour enrichir vos informations et plus tard faire connaître votre ouvrage. Ouvrez un forum de discussion, un blog, un site internet…

    Mettez le présent au service du passé !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :