• Les bancs sont publiés. Reste plus qu'à sceller l'union entre Ploërmel et Monterrein. Le mariage est prévu pour le 1er janvier prochain.

     

    le futur quartier de Ploërmel

    Marcel Benoit et Patrick Le Diffon, maires de Monterrein et Ploërmel. (©Le Ploërmelais)

     

    Monterrein-Ploërmel : C’est presque fait. Si les deux maires sont d’accord sur le principe, reste à officialiser tout cela.

    Pour Patrick Le Diffon, cette fusion des deux commune pour créer une commune nouvelle est en projet depuis quelques mois déjà : J’ai eu des demandes réitérées de Marcel Benoit, maire de Monterrein.

    Au départ, les communes de Montertelot et Gourhel étaient elles aussi intéressées. Depuis, ces deux dernières n’ont pas souhaité poursuivre l’aventure. Seule la commune de Monterrein s’est investie dans le projet.

     

    Rendez-vous le 5 puis le 17 octobre

    La décision officielle sera prise le vendredi 5 octobre. Le temps pour Marcel Benoit d’organiser une réunion publique et de réunir son conseil municipal. Si tous les deux donnent leur feu vert, la fusion sera actée le 17 octobre à l’occasion de deux conseils municipaux extraordinaires pour une mise en application le 1er janvier 2019. Si ce n’est pas le cas, nous attendrons 2020,

    Quant au nom de cette future commune nouvelle, Patrick Le Diffon ne laisse pas de place au doute : Ce sera Ploërmel. Monterrein deviendrait alors un quartier de Ploërmel, au même titre que Saint-Jean-de-Villenard

    Des propos décomplexés qui traduisent la position favorable dans laquelle se trouve Patrick Le Diffon : Ce n’est pas moi qui suis venu les chercher. Moi, je réponds simplement à leur demande.


    votre commentaire
  • Ce qui va changer avec la commune nouvelle

    Forges de Lanouée, voilà le nom de la commune nouvelle formée par Lanouée et Les Forges. Explications.

    Les Forges-Lanouée

    Isabelle Cadio et Gérard Granvalet feront partie du même conseil municipal. (©Le Ploërmelais.)

     

    Au premier janvier 2019, Les Forges et Lanouée ne feront plus qu’un.

    L’idée de former une commune nouvelle a fait son chemin depuis le projet de mutualisation des services et, visiblement, les deux entités sont sur la même longueur d’onde : ils ont entériné leur avenir commun lors de leurs derniers conseils municipaux.

     

    Toujours deux mairies

    Comme chez leurs voisins, l’argument financier, est toujours le premier pion avancé par les élus. Isabelle Cadio, maire des Forges, défend la « centralisation des services techniques et administratifs » quand le premier édile de Lanouée, Gérard Granvalet, parle « d’économies d’échelles. » Mais que les habitants se rassurent : ils ne perdront pas leurs services de proximité. Les accueils des deux mairies restent inchangés même si le siège de la commune nouvelle sera à Lanouée. »

    Pas question non plus de chasser l’héritage identitaire des deux communes voisines : elles ont opté pour un nom consensuel, Forges de Lanouée. Mais il y aura désormais une seule assemblée délibérante et, poussée de domino oblige, un seul budget.

    « Les projets déjà engagés suivront leurs cours », informe le chef de file de Lanouée. Comme l’aménagement de rue aux Forges, et le projet de maison d’assistantes maternelles à Lanouée.

     

    2250 habitants

    Le nouveau territoire, qui comptera 2250 habitants conservera ses 30 conseillers même si ce chiffre sera réduit à 23 en 2020.

    En attendant les prochaines élections municipales, les élus devront désigner un nouveau maire en janvier si et seulement si « le préfet signe l’arrêté au plus tard le 31 octobre. »

     


    votre commentaire
  • Je vous propose un petit divertissement littéraire. Il s'agit, de la transcription, d'une lettre écrite en 1709. L'auteur maîtrise la langue, c'est le moins que l'on puisse dire.

    Source AD56 sénéchaussée de Ploërmel série B4191 P1040109 P1040110

    Transcription Brigitte SALGUES le 24 août 2013

     

    La Bretagne

    A Monseigneur

    De Brilhac premier president

    Du parlement de Rennes

    A Rennes  MDCCIX (1709)

     

    1 Illustre president qu’un merite sublime

    2 Chaque jour à mes yeux rend plus digne d’estime

    3 Et qui dans le haut rang que tu tiens à ma cour

    4 Fais naitre egalement le respect et l’amour

    5 BRILHAC je ne viens point en déesse scavante

    6 Te rappeller d’ayeux une suitte éclatante

    7 Et par un juste augure à la posterité

    8 Ne promettre rien moins que l’immortalité

    9 Assez d’autres flattés du desir de te plaire

    10 Sur un si beau suiet auront peine à se taire

    11 Assez d’autres pouront dans leurs pompeux discours

    12 Prier en ta faveur la mere des amours

    13 Mais moy qu’à te loüer un autre esprit anime

    14 Sans chercher le secours d’une coquette rime

    15 Et sans mêler la fable aux rares vérités

    16 Qu’on publie en loüant tes belles qualités

    17 Je vieins, le croira-on, de tes vertus charmée

    18 Moy meme en ma faveur servir la renommée

    19 Et rendre avec éclat milles graces aux Dieux

    20 De nous voir tous deux joins par de si puissants nœuds.

    21 Tu sais grand magistrat si cette soyë est forte,

    22 Tu vis paroistre assez l’amour que je te porte

    23 Quand le ciel secondant les plus ardant souhaits

    24 Voulut par ton moyen rendre heureux mes suiers

    25 Juge si cette joyë a present est extreme

    26 Lorsque par ton hymen tu prend dans mon sein même

    27 Une jeune beauté que mille appas charmants

    28 Devoient au dessus du commun des amants

    29 Et dont le sang fameux par sa haute  naissance

    30 Donne autant qu'il reçoit à ta noble alliance.

    31 C’est icy qu’avec force un nouvel Appollon

    32 Feroit oüir sa voix dans le sacré vallon

    33 C’est ici que marchant sur les pas d’un Ovide

    34 Il peindroit à nos yeux d’un pinceau peu timide,

    35 Ce prevenant abord, cet air maiestueux

    36 Cette aymable douceur, cet esprit vertueux ;

    37 Enfin tous ces appas dont le moins estimable,

    38 Pouroit du moindre obiet, faire un obiet aimable.

    39 Mais pour moy sans entrer dans un detail trop long

    40 D’un merite si rare, et si profond,

    41 Souffre, GRAND MAGISTRAT que comme tendre mere

    42 J’adresse seulment au ciel cette priere.

    43 Toy qui vois la vertu du Ier de mes fils,

    45 Ne laisse pas, O ciel, sa justice sans prix.

    46 Tout genit icy bas le jour qui l’a veu naistre

    47 Mes suiets sont ravis d’avoir un si bon maistre,

    48 De ma felicité mes voisins sont jaloux

    49 Fais moy joüir longtemps d’un agrement si doux,

    50 D’un bonheur éternel comble cette hymence

    51 Et fais que pour finir cette nouvelle anné

    52 Je puisse voir enfin d’un couple si charmant,

    53 Sortir un heritier digne d’un si beau sang.

     

    Presenté à Monseigneur le premier president, par son

    tres humble et tres obeissant serviteur

    ANNEIX DE SOUVENEL

     
    Pourquoi écrire la Bretagne en premier ? Le destinataire est Mr de BRILHAC président du parlement de Bretagne en 1709.

    Quelques renseignements sur le personnage en question !!!

    Pierre de Brilhac, seigneur de Nouzières et vicomte de Gencay, est un magistrat français, né à Paris le 26 janvier 1667, mort également à Paris le 31 janvier 1734, premier président du Parlement de Bretagne du 2 mars 1703 jusqu'à sa mort.

    Fils de Messire Nicolas de Brilhac, seigneur de Nouzières, conseiller au Parlement de Paris, et de dame Catherine Jeanne Auzanet

    Le 17 novembre 1693, il épouse, à Paris, Marie-Anne de Choüet de Genvreau, fille d'un Conseiller.

    En 1708, il épouse en secondes noces une Rennaise, fille d'un conseiller, Pélagie-Constance de Lys.

    De son premier mariage naîtra une fille, qui épousera le Conseiller de Robien et de son second mariage il aura un fils qui deviendra lui-même conseiller au Parlement.

    Une rue de Brilhac fut dénommée par délibération du conseil municipal de la Ville de Rennes le 12 décembre 1726

     


    votre commentaire
  • Bientôt deux parcs photovoltaïques géants dans le Morbihan

    Le projet va mettre en place le plus grand parc photovoltaïque de Bretagne (photo d'illustration) | Olivier Renault – Ouest-France

     

    Entre 40 000 et 50 000 panneaux solaires vont être installés à Radenac et Pleugriffet, deux communes rurales du nord du Morbihan, entre Pontivy et Ploërmel, d'ici 2020.

    Détrônant celui de Baud, à seulement trente kilomètres, où la pose de 15 000 panneaux solaires va commencer dans un mois, sur d'anciennes carrières. Devenant le département breton le plus à la pointe dans ce type d'énergies renouvelables.

     

    Plus de 40 000 panneaux solaires à Radenac

    A Radenac et Pleugriffet, l’entreprise Engie Green compte produire 17,5 mégawatts d’électricité, soit la consommation de 9000 habitants.

    « Les travaux vont commencer en septembre 2019 et devraient durer environ dix mois », détaille Frédéric Thérond, responsable du développement des centrales solaires.

     

    Bientôt deux parcs photovoltaïques géants dans le Morbihan

    Alice Moreaux, responsable de Lafarge, René Jégat, maire de Pleugriffet, et Bernard Le Breton, maire de Radenac, devant l'ancienne sablière qui deviendra le plus grand parc photovoltaïque de Bretagne. | Ouest-France

     

    « Comme les quatorze éoliennes qui sont installées sur nos communes, ces panneaux solaires ont une vocation écologique et économique, soulignent René Jégat, maire de Pleugriffet et Bernard Le Breton, maire de Radenac. Ils compenseront un peu la baisse des dotations de l’Etat, créeront deux ou trois emplois, aidant ainsi aussi à faire vivre notre territoire rural, le tout sans utiliser de terres agricoles. »

     

    Huit hectares à Baud

    A Baud, le projet de la société Quadran est plus précoce et plus modeste : 15 000 panneaux solaires sur huit hectares qui produiront 4, 5 mégawatts, soit la consommation de 4 300 personnes.

     

    Bientôt deux parcs photovoltaïques géants dans le Morbihan

    Entre 40 000 et 50 000 panneaux solaires vont être installés à Radenac et Pleugriffet, deux communes rurales du nord du Morbihan, entre Pontivy et Ploërmel, d'ici 2020. | Ouest-France

     

    « Nous espérons un raccordement fin décembre », indique Baptiste Simon, chef de projet.

    Ces deux parcs feront bientôt du Morbihan le département breton le plus à la pointe dans ce type d'énergies renouvelables.

     

    Article paru dans Ouest-France

     


    votre commentaire